SE DÉPOUILLER CET AUTOMNE

Par le 18 octobre 2018

Je rentre d’une marche en forêt sous la pluie, mon rendez-vous quotidien avec la sagesse et l’inspiration de la nature.

Les feuilles jaunes, oranges et rouges se précipitent dans un mouvement descendant, accompagnées par le vent et la pluie, pour rejoindre un mélange humide de mousse, d’aiguilles de pin et de branches mortes déjà sur le tapis forestier.

L’air, saturé de cette odeur de terre humide, nous parle de toute cette vie dans la forêt qui suit son élan naturel vers la mort, pour ensuite renaître au printemps. C’est un temps où la nature ralentit. Elle se dépouille et se replie sur elle-même. L’hiver arrive.

Qu’est-ce que cette scène évoque chez vous? De l’émerveillement? De la nostalgie? Un peu des deux?

Car on peut apprécier les couleurs, les odeurs et la magnifique lumière de l’automne, mais de résister en même temps à ce qu’elle signifie: la fin de l’été et l’arrivée de l’hiver.

La saison estivale, avec ses journées longues et chaudes, n’y est définitivement plus et nous avançons inexorablement vers des journées très courtes et des températures nettement moins accueillantes (surtout ici au Québec!).

Nous avons énormément à apprendre de mère nature et de son cycle saisonnier.

Alors, comment profiter de la sagesse de la nature cet automne afin de dissoudre toute résistance et accueillir l’hiver les bras ouverts? Comment se laisser guider par cette sagesse et retrouver un rythme harmonieux en nous?

Je vous propose ici cinq thèmes connexes pour vous permettre d’amorcer votre propre réflexion à ce sujet.

Ralentir

L’été nous trouve souvent dehors, avec un rythme plus libre, mais quand même assez actif; nous profitons joyeusement de tout ce que le soleil, la chaleur et la fertilité de l’été permettent.

Ensuite, avec un changement de vitesse parfois brutal, arrivent la rentrée scolaire et une routine quelque peu effrénée. Si on oublie de lever les yeux du guidon, on peut facilement se retrouver à la période des fêtes, épuisée et mal équipée pour en profiter pleinement.

Il faut dire que nos temps modernes font fi du rythme des saisons, nous exhortant à une productivité égale à longueur d’année. Mais ce n’est pas notre rythme naturel et avec le libre arbitre, nous pouvons décider de vivre les choses autrement.

Si on choisissait de suivre l’exemple de la nature pour ralentir pendant l’automne et l’hiver? Si on décidait consciemment de moins en mettre sur l’assiette et de calmer notre débit intérieur?

Si on faisait confiance que faire cela nous permettrait d’œuvrer à un niveau plus subtil? La nature ralentit et semble ne rien faire pendant de longs mois. Pourtant, des plantes et des feuilles regorgeant de vitalité ne manquent pas de pousser dès que la terre s’est suffisamment réchauffée.

Il faut croire que la période de l’hibernation porte systématiquement des fruits!

Une période de repos relatif et de régénération pendant l’hiver permet de rejaillir au printemps avec entrain, créativité et vitalité.

Comment vous offrir cette période d’hibernation?

Il peut s’agir de couper certaines activités, de dire non à certaines demandes, ou encore d’inscrire à l’agenda des plages rien que pour vous. Au fond, chacun répondra à cette question selon sa réalité.

Mais le seul fait de devenir conscient du besoin de ralentir vous amènera à faire des choix différents au quotidien.

Trouver sa chaleur intérieure

On peut craindre l’arrivée de l’hiver et grelotter à la simple idée d’avoir froid! On va bien entendu sortir nos manteaux et nos bottes d’hiver, et mettre le chauffage pour se sentir confortable à la maison.

Mais au-delà de ces considérations évidentes, il est important de retrouver et nourrir notre chaleur intérieure. Comment faire? En fait, il s’agit d’intégrer consciemment des pratiques pour réveiller et contacter cette chaleur.

Sur un plan plutôt pratico-pratique, voici quelques idées : habiller son cou d’un foulard doux et réconfortant, siroter sa boisson chaude préférée, préparer une bonne soupe consistante, se détendre dans un bain chaud, se réchauffer au spa, se prélasser devant un foyer, s’offrir un massage, faire une promenade vivifiante en nature et [inscrire vos idées ici!].

Et sur le plan intérieur, on peut se nourrir de : moments doux de contemplation avec soi, lectures et vidéos inspirantes, musique édifiante, rassemblements chaleureux avec ceux qu’on aime le plus et toute autre activité qui permet d’ouvrir le cœur.

La chaleur est là dans les mois plus froids, on a tout simplement besoin de la trouver autrement!

Revenir à soi

Avec l’arrivée graduelle du temps froid, nous nous retrouvons de plus en plus souvent à l’intérieur. Certes, nous allons sortir pour prendre l’air, aller travailler peut-être et voir des amis, mais moins souvent.

Notre maison devient notre lieu d’accueil, un cocon doux et protecteur. Un bon thé sous un plaid doux devant le foyer s’impose, ou toute autre version de cette image cosy.

Ce cocooning à la maison, avec un rythme au ralenti, nous amène doucement à revenir également en soi, à revenir dans sa maison intérieure. L’hiver est une saison propice aux réflexions, aux rêves et à la pratique de tout simplement être avec ce qui est dans le moment.

S’intérioriser, donc, se nourrir d’activités méditatives et passer du temps avec soi-même miroite le repli de la nature et contribue à une renaissance vibrante une fois le printemps venu.

Et pour ceux qui souhaitent amener ce thème plus loin, il y a également :

Se dépouiller

En automne, les feuillus laissent tomber leurs feuilles sans larmes et sans fanfare, pour se retrouver complètement dénudés. L’hiver nous invite nous aussi à nous dépouiller comme les arbres et à oser nous retrouver à l’état brut, sans façades et sans masques.

L’hiver, avec son rythme plus lent et ô combien propice à l’intériorisation, invite à une plus grande authenticité avec soi et avec les autres. Et c’est, selon moi, un des plus grands cadeaux de ce temps-ci de l’année.

Êtes-vous prêt à vous dépouiller de façon symbolique?

Sachez que tout ce que vous ôtez tombera comme les feuilles et contribuera à un compost riche et puissant pour nourrir par la suite votre renaissance au printemps. Alors pour ceux qui sont volontaires, voici quelques questions pour nourrir votre réflexion :

Qu’est-ce qui est en train de mourir ou de prendre fin en vous/autour de vous?

Qu’est-ce qui est de trop ou plus utile dans votre vie ou autour de vous?

Quelles façades ou masques êtes-vous prêt à relâcher?

Qui seriez-vous sans ces façades ou masques?

De quoi avez-vous besoin pour permettre ce dépouillement symbolique?

Honorez-vous en prenant le temps de répondre honnêtement à ces questions. Ces moments de rencontre avec soi-même peuvent être exigeants, mais sont très, très porteurs. Assurez-vous de récompenser votre courage par la suite avec une activité qui vous met en joie.

Dernier point, mais non des moindres…

Poser une intention

Les intentions sont étonnamment puissantes et permettent de mettre le soutien de l’univers au profit de nos désirs. C’est comme annoncer à la vie par mégaphone, comment on souhaite vivre les choses, sachant d’avance que ce sera ainsi!

Quelle serait donc votre intention pour bien vivre cet hiver? Gardez-la courte, précise et puissante. Voici un exemple pour vous donner une idée :

‘Mon intention est de m’harmoniser avec mon ressenti profond afin d’honorer le rythme qui est juste pour moi.’

Prenez le temps de formuler la vôtre et enlignez-vous pour un hiver harmonieux et réparateur!

Comme vous pouvez constater, ces thèmes sont de nature interconnectée et il n’y a donc pas d’ordre particulier à suivre. Il s’agit plutôt d’invitations à s’ouvrir à un mouvement cyclique qui est déjà inscrit dans nos cellules et qu’on connaît de l’ère où nous le suivions tout naturellement.

Sceptique? Sortez prendre une marche en forêt ou dans un parc près de chez vous et observez de plus près le phénomène des saisons. Tout y est. Vous n’avez qu’à vous laisser toucher par la sagesse de la nature et inspirer à la suivre à votre manière dans les prochains mois.

Je souhaite à nous tous un hiver cosy, régénérateur et porteur!

Minnie Richardson
Coach de vie & Praticienne en travail rituel
L’épanouissement au féminin
La Conscience en soi
Suivez Minnie sur Facebook
Méditation offerte à l’inscription à l’infolettre

Née d’un père britannique et d’une mère québécoise, Minnie grandit en Angleterre. C’est sur la terre natale de sa mère que Minnie entame le chemin de conscience qui la porte encore aujourd’hui. Et c’est la richesse de ce cheminement qui l’inspire à devenir Coach de vie et Praticienne en travail rituel, afin d’accompagner d’autres femmes à insuffler leur vie de sens et de profondeur.

Minnie propose avec joie des espaces de présence et de transformation qui permettent à la Femme sacrée en chacune de prendre sa juste place : coaching (Skype & en personne), ateliers, rituels, cercles de femmes et retraites (Québec et France).

Un seul commentaire

  1. Jung

    18 octobre 2018 at 11 h 18 min

    Très bel article. Très belle description de l’automne et de tout ce qu’elle change aussi bien autour de nous qu’en nous.
    Pour ma part, l’automne me prépare à l’hiver. Elle est la transition entre l’été où l’on s’amuse et l’on s’épanouit sans compter, loin de chez nous, avec nos amis, notre famille, et l’hiver où l’on se resserre dans le cocon familial, où les liens se renforcent, où l’on se recentre sur soi et sur ce qui compte vraiment.
    Bref, merci pour cette belle réflexion que nous suggère cet article.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *