QUAND LE CŒUR N’Y EST PLUS

Par le 4 mars 2019
artem-kovalev

Il y a un temps pour chaque chose. Il y a un début et une fin à toute chose. Que ce soit un travail, une relation, un voyage, même un objectif. Même une passion parfois.

Pourtant, bien des gens s’accrochent à une relation, un travail, un objectif, une ancienne passion en étirant le temps d’une situation qui semble révolue.

La plupart du temps, nous ne voulons pas voir que c’est fini, car l’être humain n’aime pas beaucoup le changement en général. Alors nous résistons, nous redoublons d’efforts, malgré le fait que notre élan intérieur s’est éteint, nous tentons par tous les moyens de perpétuer ce connu qui nous sécurise faussement. Nous nous épuisons à prolonger quelque chose dont le temps est fait, refusant de reconnaître les signes qu’il est temps de passer à autre chose.

Pourtant, quand le cœur n’y est plus, il ne sert à rien de vouloir maintenir en vie, sur le respirateur artificiel, ce qui a déjà fait son temps. Nous changeons, nous évoluons, ce qui nous entoure doit aussi changer et évoluer.

Plutôt que de résister, de forcer, de s’accrocher, nous devrions accueillir tout simplement la fin de cette relation, de ce voyage, de ce travail, de ce projet et éprouver de la gratitude pour ce que nous y avons vécu. Dans la reconnaissance que notre cœur n’y est plus se trouve une grande libération qui nous évite des souffrances inutiles que nous nous infligeons nous-mêmes.

Car qu’arrive-t-il si nous nous entêtons à vouloir poursuivre ce qui semble déjà terminé? Si nous ne lâchons pas prise, c’est la relation, le job, le projet qui nous lâche. Et alors c’est encore plus souffrant parce que nous vivons du rejet, du déni, de la colère, de la rancune… Tandis que si nous sommes à l’écoute des signes de notre âme qui nous informe que le temps du changement est venu, le deuil sera beaucoup plus simple à faire, car il se fera dans la joie, confiant qu’une nouvelle aventure, une nouvelle relation, un nouveau défi encore plus beau nous attend.

Il faut savoir ouvrir la main lorsque le moment est venu de lâcher ce qui est terminé.

Diane Gagnon, Auteure, Conférencière, Coach, Animatrice, Consultante

Suivez-moi sur Facebook et sur mon site web :

https://www.facebook.com/DianeGagnon.Auteur.Coach

www.dianegagnon.com

Un seul commentaire

  1. Jung

    5 mars 2019 at 11 h 31 min

    Merci pour cet article si inspirant, encore et toujours.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *