LE MANQUE DE VOCABULAIRE

Par le 14 mai 2018

L’agressivité est un terrible manque de vocabulaire!

Parce qu’elles ne savent pas reconnaître leurs propres émotions, parce qu’elles ne savent pas comment les gérer, certaines personnes utilisent alors les insultes, les jugements et les gros mots pour s’exprimer. Parfois même, elles en viendront jusqu’à utiliser la violence pour faire reconnaître leur point de vue.

Beaucoup de gens ont peine à nommer leurs émotions. Évidemment toutes ne deviennent pas agressives! Mais il reste que je rencontre chaque jour des personnes qui ne savent pas comment reconnaître leurs propres émotions. Quand je leur demande « comment te sens-tu dans cette situation? » beaucoup d’entre elles ne peuvent nommer ce qu’elles ressentent.

Tôt ou tard dans notre vie, nous devons apprendre à ressentir, identifier, reconnaître et nommer nos émotions, que ce soit la colère, la joie, la tristesse, la frustration, le désaccord, l’envie, la sérénité, le bien-être, etc. Nous devons apprendre à mettre des mots sur ce que nous ressentons pour nous-mêmes. C’est un apprentissage de longue haleine si cela ne nous a pas été montré dans notre enfance. Mais c’est un apprentissage essentiel pour mieux vivre, pour améliorer toutes nos relations, pour mieux se comprendre, mieux comprendre l’autre, mieux s’exprimer, mieux se tenir debout, mieux discuter.

Car sans mot pour se dire, soit nous nous écrasons, soit nous écrasons les autres.

C’est ce qu’on observe parfois, trop souvent me semble-t-il, dans les jugements violents qu’on peut lire sur les réseaux sociaux, qu’on peut entendre dans les médias ou au hasard de certaines conversations. Plutôt que d’exprimer leur point de vue, certains crachent leur fiel, comme si cela pouvait permettre un quelconque échange d’idées. C’est certainement l’un des moyens efficaces pour mettre fin à toute communication, parfois même à la relation.

J’ai entendu des patrons crier après leurs employés et les traiter de toutes sortes de noms, plutôt que de les réunir et de leur dire « nous avons un problème et je veux que nous trouvions la solution ensemble ». J’ai entendu des conjoints crier après leur partenaire parce qu’ils avaient simplement deux manières différentes de voir les choses : pourquoi vouloir avoir raison si c’est pour briser quelque chose dans la relation?  J’ai entendu des parents argumenter violemment avec leurs ados parce que ceux-ci tentaient de s’exprimer différemment, minant du même coup leur estime de soi, leur confiance et leur relation. Je suis sûre que vous avez aussi plein d’exemples où le manque de mots a causé bien des maux, où la pauvreté de vocabulaire s’est transformée en insultes gratuites et totalement inutiles.

Peut-être pourrions-nous mutuellement, chacun et chacune d’entre nous, nous aider à apprendre à nous exprimer? À nommer nos ressentis, nos émotions, nos peurs? À trouver le mot juste, ou même parfois approximatif s’il le faut, pour nommer ce qui nous noue la gorge, là, en ce moment, ou ce qui nous a tant blessés il y a quelque temps? Apprenons à nos enfants et petits-enfants à identifier ce qu’ils ressentent et à l’exprimer au fur et à mesure en mots, en dessin, en musique s’il le faut, mais pas dans la violence, pas dans l’agressivité, ni le jugement, ni les insultes, ni les crises.

Et si on se donnait cette belle mission collective : identifier l’émotion qui nous envahit au moment où elle se présente, prendre le temps de trouver le mot juste, puis l’exprimer sans violence, avec respect, pour développer une nouvelle forme de langage, celui de l’amour?

Apprendre à s’exprimer avec amour, pour qu’enfin l’amour s’exprime!

Diane Gagnon, Auteure, Conférencière, Coach, Animatrice, Consultante

Suivez-moi sur facebook et sur mon site web :

https://www.facebook.com/DianeGagnon.Auteur.Coach

www.dianegagnon.com

Un seul commentaire

  1. Nathalie Valentin

    17 mai 2018 at 14 h 58 min

    Bonjour Diane,
    Merci pour cette opinion qui m’inspire énormément. Votre article me rappelle l’expérience que j’ai vécue lorsque j’ai débuté ma formation en CNV. On nous avait distribué une petite fiche pliée en 3 présentant le processus de la CNV puis deux listes de mots pour nous aider à exprimer nos émotions et nos besoins. Et bien que je connaissais la plupart des mots inscrits sur la liste, je me suis rendue compte que je pensais rarement à utiliser ces mots, alors qu’ils décrivaient si bien mes sentiments et besoins. Et que rien de les nommer, cela me faisait un bien fou ! Oui, le vocabulaire nous aide en premier lieu à simplement accueillir nos émotions et c’est cela qui nous pacifie et fait que nous sommes moins agressif, même si les autres parfois continuent de ne pas nous comprendre 🙂

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *