IL Y A TOUJOURS BIEN UN MINIMUM!

Par le 21 mai 2018

Avez-vous remarqué comment parfois on se contente de peu? De vraiment peu? Dans certaines relations, nous tolérons un manque de respect, puis deux, puis trois, puis cent, puis nous perdons de vue notre propre respect à l’égard de nous-mêmes.

Nous acceptons parfois que certaines personnes s’expriment peu dans notre relation avec elles. Puis la communication s’étiole de jour en jour jusqu’à ce qu’un silence vraiment inconfortable s’installe entre nous et ne nous permette plus de discuter franchement et sainement.

Voulant demeurer zens, nous arrivons de temps à autre à rester stoïques devant certaines personnes susceptibles, à qui on ne peut rien dire de peur de déclencher une colère ou une crise. Alors, nous nous retenons, nous nous taisons pour acheter la paix, jusqu’à ce que nous ne puissions plus être nous-mêmes dans la relation pour ne pas provoquer d’explosion. La relation subsiste alors sur des bases fausses et inégales.

Une amie me disait récemment : « Il y a toujours bien un minimum dans toute relation! » :

  • Un minimum de respect entre nous
  • Un minimum d’efforts de la part de chacun
  • Un minimum d’amour
  • Un minimum de communication
  • Un minimum de patience
  • Un minimum d’ouverture

Je pourrais continuer la liste de minima encore longtemps! Bien entendu nous voulons plus que le minimum et c’est normal. Nous voulons que la relation soit optimale et qu’elle évolue. Mais pour cela, ça prend la base, le minimum acceptable, probablement différent pour chacun d’entre nous. Mais il faut ce minimum.

Il arrive parfois que nous oublions que, pour qu’une relation fonctionne, qu’elle soit amoureuse, amicale, professionnelle, il y a des seuils minimum en-deçà desquels ladite relation n’en vaut peut-être pas la chandelle.

Nous tolérons ainsi des manques de respect, de l’absence de communication, des efforts inexistants, des susceptibilités fragiles parce que nous oublions qu’il existe un minimum et que nous méritons tous AU MOINS ce minimum.

Si la relation n’a pas d’importance pour nous, il vaut mieux poursuivre son chemin que de laisser un « manque de minimum » nous blesser, nous faire perdre notre temps et notre énergie.

Si nous tenons à la relation, alors nous avons le devoir de nous exprimer pour faire savoir à l’autre que nous avons besoin de ce minimum pour être bien dans la relation. Si l’autre ne collabore pas, il nous faudra vraiment découvrir EN NOUS pourquoi nous tolérons qu’il n’y ait pas ce minimum : Par peur d’être seul? Par manque d’estime de soi? Par répétition d’un pattern qui vient de l’enfance? Par dépendance affective? Parce que la relation est toxique et que nous ne nous en sommes pas encore rendus compte?

Une introspection est essentielle alors : autant nous méritons tous le droit d’exister, autant nous nous valons chacun bien plus que le minimum! Mais il y a toujours bien un minimum acceptable pour qu’une relation soit viable!

Diane Gagnon, Auteure, Conférencière, Coach, Animatrice, Consultante

Suivez-moi sur facebook et sur mon site web :

https://www.facebook.com/DianeGagnon.Auteur.Coach

www.dianegagnon.com

Un seul commentaire

  1. Isis - LesNouveauxTravailleurs

    21 mai 2018 at 14 h 42 min

    Bonjour,

    Je reconnais des choses vécues et observées dans cet article. Etant particulièrement intéressée par l’épanouissement professionnel, je suis peinée par le nombre de personnes qui acceptent de rester dans un travail qui les met en souffrance. Elles acceptent de donner leur temps et leur énergie à des personnes et des organisations qui les maltraitent.

    Pour ma part, j’essaye d’aider ceux qui ont pris conscience que cet environnement ne leur convenait plus, à trouver ce qui leur conviendrait mieux.

    Je me suis aussi récemment intéressée à la Communication Non Violente, pour apprendre à comprendre ses besoins, ceux des autres, et oser s’exprimer pour trouver un terrain d’entente. C’est un vrai travail, très complexe à mettre en place. Mais je crois que, enseigné et mis en place en entreprise, cela pourrait donner des merveilles 🙂

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *