DÉVELOPPEMENT PERSONNEL

Par le 24 juin 2019

Le titre de mon article fait bien sûr référence à tout ce monde du développement personnel dans lequel nous baignons depuis plusieurs années. J’écoutais sur YouTube cette fin de semaine une inspirante interview de Gregory Mutombo que je recevrai à mon émission dans quelques jours dans laquelle il prononce cette phrase-choc : « Plutôt que de parler de développement personnel, nous devrions nous pas plutôt parler de dépouillement personnel! »

N’est-ce pas une merveilleuse idée? Il est sans doute temps de réaliser que nous avons déjà tout en nous, que nous sommes déjà cette sagesse interne qui nous guide quotidiennement, minute après minute. Nous n’avons donc pas tant à nous « développer » personnellement, qu’à nous « dépouiller » personnellement de ce qui ne nous est plus utile, de ce qui nous nuit : nos fausses croyances, nos blessures, notre passé, nos relations toxiques, notre besoin d’approbation et tant d’autres boulets que nous traînons lourdement et inutilement depuis trop longtemps.

Ces entraves à notre bonheur sont souvent alimentées par notre mental qui aime les choses compliquées et qui cherche à se rendre important en nous faisant croire que nous devons apprendre davantage de techniques, devenir de meilleures personnes, suivre tels enseignements et forcer pour être aimés ou pour faire partie de ce mouvement extérieur à nous.

J’aime l’idée du dépouillement personnel parce qu’elle procure un sentiment de paix, comme lorsque nous rentrons enfin à la maison; parce qu’elle nous confirme qu’il n’y a rien à faire, juste à être. Parce qu’au fond de moi, ça vibre profondément juste.

Peut-être le temps du développement personnel est-il en train de se transformer en quelque chose de plus simple, de plus vrai, de moins exigeant. Peut-être le développement personnel était-il une étape dans notre dépouillement personnel.

Maintenant, il semble que le temps soit venu de revenir à soi, dans toute notre simplicité, avec tout notre amour et d’aller nous connecter avec ce que nous sommes vraiment, avec cette essence divine que nous portons en nous, qui est nous et de nous dépouiller de tout ce qui nous demande d’être autre chose que nous sommes déjà. Pour moi, c’est ça, le dépouillement personnel. Et comme cela part de chacun de nous, c’est toujours notre vérité qui nous guide.

Diane Gagnon, Auteure, Conférencière, Coach, Animatrice, Consultante
Suivez-moi sur Facebook et sur mon site web :
https://www.facebook.com/DianeGagnon.Auteur.Coach et www.dianegagnon.com

Un seul commentaire

  1. Jung

    24 juin 2019 at 5 h 56 min

    J’aime beaucoup cette notion de dépouillement personnel.
    En effet, cette perspective donne à réfléchir.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *