COMMENT DÉCOUVRIR NOTRE DÉPENDANCE AFFECTIVE

Par le 11 juin 2018

De toutes les choses dont nous sommes appelés à devenir conscients, la dépendance affective est certes parmi celles qui se cache le plus efficacement!

En effet, combien d’entre nous sommes prêts à admettre que nous sommes dépendants affectifs? Possible même qu’en lisant ce début de texte, vous vous disiez « mais moi je ne suis pas dépendant affectif! »

Ah non?

  • Faites-vous beaucoup de choses pour faire plaisir aux autres, au risque de vous épuiser?
  • Vous laissez-vous facilement charmer par les belles paroles, les petites attentions, les compliments?
  • Êtes-vous blessé lorsqu’on vous fait un reproche?
  • Êtes-vous irrités lorsque l’on vous contredit?
  • Craignez-vous l’abandon?
  • Avez-vous l’impression que ce n’est pas « correct » de refuser d’aider quelqu’un même quand vous n’en pouvez-plus?
  • Faites-vous toujours passer les besoins des autres avant les vôtres?
  • Avez-vous de la difficulté à être heureux seul? Croyez-vous que seule la Vie à deux est intéressante?
  • Sentez-vous que vous avez constamment besoin de plaire aux autres?
  • Faites-vous souvent des choses contre votre gré pour ne pas déplaire?
  • Craignez-vous de passer pour une personne égoïste, paresseuse, méchante ou désagréable?
  • Êtes-vous de ceux qui ne se fâchent à peu près jamais, malgré une grande frustration intérieure?
  • Est-ce que vous vous emballez rapidement et facilement pour quelqu’un?
  • Avez-vous l’impression d’aimer l’autre plus que l’autre vous aime?
  • Craignez-vous constamment de faire quelque chose qui va déplaire à l’autre et briser la relation?
  • Aimez-vous aider, sauver l’autre?
  • Avez-vous besoin d’être souvent rassuré? Vous inquiétez-vous pour l’autre ou pour la relation facilement?
  • Avez-vous l’impression que l’autre n’en fait pas assez pour vous?
  • Avez-vous souvent peur que l’autre se fatigue de vous?
  • Vous arrive-t-il de ne pas vous sentir à la hauteur de l’autre, de ne pas comprendre pourquoi l’autre vous aime, ou même de ne pas croire qu’il ou elle vous aime vraiment?
  • Pensez-vous constamment à l’autre?
  • Vous sentez-vous frustré ou jaloux si l’autre a des intérêts ailleurs?
  • Avez-vous besoin de connaître l’emploi du temps de l’autre?
  • Tolérez-vous parfois l’intolérable?
  • Avez-vous besoin que l’autre vous rassure en vous complimentant, en vous regardant, en vous définissant?
  • Est-ce que l’une de vos relations vous fait souffrir?
  • Avez-vous besoin d’augmenter votre estime de soi?
  • Avez-vous déjà eu une ou plusieurs relations toxiques dans votre vie?
  • Attirez-vous des manipulateurs pervers narcissiques dans votre environnement?

Car oui, si vous avez répondu oui à plusieurs de ces questions, il est possible que vous soyez une proie de choix pour les manipulateurs pervers narcissiques qui utilisent chacun de ces points pour vous attirer dans leurs filets.

Évidemment, il y a différents degrés de dépendance affective et à mon avis, peu de gens en sont complètement exempts. Et une certaine interdépendance entre nous est saine et fait partie de toute relation. Mais si certaines de vos relations vous font souffrir plus qu’elle vous font du bien, peut-être êtes-vous plus dépendants que vous ne le croyez ou que vous voulez bien le voir.

Ce n’est pas un jugement, ce n’est pas un défaut : il s’agit de l’une de nos plus grandes blessures dont nous devons prendre soin. Et elle est d’importance, car c’est elle le plus souvent qui détruit le plus nos relations. Car avec elle viennent la jalousie, le besoin de contrôler, le sentiment du « jamais assez », l’étouffement, les mauvais choix, la peur, le sentiment d’incompétence, la mauvaise image de soi, les conflits, les crises, etc…

C’est possible d’aider cette blessure à guérir, en travaillant sans relâche sur notre estime de soi. Mais pour cela, il faut d’abord admettre que nous sommes dépendants affectifs. Et c’est l’étape la plus difficile pour la majorité d’entre nous. Oui, c’est douloureux d’admettre que nous pouvons être dépendants affectifs, mais beaucoup moins que de le rester toute notre vie.

Diane Gagnon, Auteure, Conférencière, Coach, Animatrice, Consultante

Suivez-moi sur facebook et sur mon site web :

https://www.facebook.com/DianeGagnon.Auteur.Coach

www.dianegagnon.com

Un seul commentaire

  1. Duquesne nelly

    26 août 2018 at 11 h 32 min

    Je suis dépendance affective de ma fille de mon mari 2personne que j aime de trop je pense actuellement j essaye de vivre sans eux.pour ma fille se n es pas la même chose .Mon mari aime le faire mal,me la dit les yeux dans les yeux maintenant je sais je met de la distance je compte même le quitté il es toxique pour moi et les enfants.qui ne sons pas les siens
    J ai 65ans j ai toujour été manipulé. Je désire changer,et plus m occuper de mes enfants

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *