3 TRUCS FACILES POUR CONCILIER TRAVAIL FAMILLE

Par le 1 octobre 2013

Un peu partout c’est pareil, la course folle pour concilier vie de famille, travail et vie personnelle.

Vite, vite, le matin, il ne faut pas être en retard! La boîte à lunch, le papier à signer, le fer plat, mais où est donc passé mon mascara? Un p’tit café, pas le temps de déjeuner, et voilà que le petit dernier s’entête parce qu’il ne veut pas s’habiller et notre grande qui s’enferme dans la salle de bain, horrifiée par un bouton invisible sur son nez alors que sa petite sœur de 6 ans a entrepris de nous raconter en long et en large son rêve de la nuit dernière en nous suivant sur les talons. « Maman! Tu ne m’écoutes pas! », On monte le ton afin d’accélérer un peu les choses, mais personne ne semble entendre, alors ça y est, c’est l’explosion; on crie, on lâche une avalanche de reproche, puis on dépose les enfants à l’école, exaspéré, pour être aussitôt submergé par une énorme vague de culpabilité qui nous ronge toute la journée… Le soir? Retour à 17h30, il y a le souper à préparer, les devoirs, le bain, la pratique de soccer… ouf! Ça vous dit quelque chose? Quel temps reste-t-il pour construire une relation intéressante avec nos enfants et apprécier notre rôle de parent? Et quand en plus on est chef d’entreprise, on voit souvent encore davantage nos heures de travail s’allonger et les périodes de stress sont nombreuses, minant parfois notre patience.

Les enfants ont aussi leur lot de stress; entre le souci de performer à l’école, la peur de décevoir les parents, la pression du coach et la crainte d’être rejeté par les pairs, plusieurs d’entre eux développent des problèmes de comportement derrière lesquels se cachent stress et anxiété.

Les impacts du stress chronique engendré par des horaires surchargés et désorganisés sont nombreux, tant chez les enfants que chez les adultes : diminution ou augmentation de l’appétit, diminution de la qualité du sommeil, difficultés d’attention, anxiété, irritabilité et impulsivité. Ainsi, la course folle imposée aux familles d’aujourd’hui peut nuire tant aux résultats scolaire de l’enfant qu’aux performances des parents au travail en plus de jouer sur les relations sociales et familiales de chacun ainsi que sur la santé physique de tous le monde.

Que faire?

1. La clé no1? L’ORGANISATION ET LA PLANIFICATION : Se lever plus tôt le matin, préparer les lunchs et les vêtements la veille, préparer des repas à l’avance, établir une routine claire et par écrit, déléguer certaines tâches au conjoint et aux enfants ou encore engager quelqu’un pour le faire (ex : une femme de ménage), car parfois il est préférable de couper sur certaines dépenses afin d’améliorer sa qualité de vie.

2. FAIRE DES CHOIX: Cesser de vouloir tout posséder et arrêter de viser la perfection en tout: Grosse maison ultra propre, déco dernier cri, plates-bandes fleuries, voyage dans le sud en hiver et camping en VR en été… le gym pour la ligne, manger santé en tout temps, etc. On s’en met donc de la pression! Et tout ça au prix d’horaires de travail ultra chargés afin de joindre les deux bouts. Peut-être que, pendant quelques années il est préférable de vivre un peu plus modestement, d’accepter un peu de désordre et de retarder certains projets ou promotions pour prendre le temps d’ÊTRE avec sa famille. Peut-être est-il possible aussi pour vous de diminuer vos heures de travail? De plus en plus de milieux de travail sont ouverts aux horaires allégés.

3. ÊTRE AVEC SES ENFANTS PLUTÔT QUE FAIRE DES CHOSES AVEC EUX: Diminuer le nombre des activités parascolaires et des sorties la fin de semaine afin de passer du temps à relaxer avec la marmaille. Si on prend les minutes passées à faire le taxi et à préparer les activités pour les investir dans la relation avec ses enfants on verra certainement la cote de bonheur familial augmenter rapidement. Je suggère aussi de prendre 5 à 10 minutes par enfant par jour afin de faire ce que j’appelle un « coeur à coeur »… c’est à dire être simplement avec l’enfant à s’intéresser à lui et à ce qu’il fait, sans intervenir, sans donner de consigne ou enseigner quoi que ce soit et ce, en se branchant sur le sentiment d’amour qu’on a pour lui.

Quoiqu’il en soit, la vie va très vite pour tout le monde. Mais chacune des minutes perdue avec vos enfants est disparue à jamais. Ils grandissent vite et ont besoin de temps de qualité avec leurs parents afin de s’épanouir.

Qu’en pensez-vous? Faites-vous entendre dans les commentaires plus bas!

Nancy Doyon,

Coach familial

Auteur, conférencière,

Chroniqueuse famille

Présidente-fondatrice de SOS Nancy

Directrice de l’école de coaching familial Nancy Doyon

www.sosnancy.com

 

À propos de Nancy Doyon

Coach familial Présidente de SOS Nancy Directrice de l'école de coaching familial Auteur, conférencière, chroniqueuseRetrouvez Nancy sur Facebook

4 commentaires

  1. Marianne

    22 octobre 2013 at 14 h 33 min

    C’est vrai… Nous avons choisi de diminuer ma tâche de travail: un 7 jours sur 10, mais là encore, c’est la folie avec les 4 enfants. La semaine de 3 jours est correcte, mais celle de 4 est une catastrophe! On a choisi nos valeurs, on achète usagé et on a pas le câble. Par contre, j’ai vraiment de la misère à lâcher prise sur l’alimentation. Je trouve que ça fait partie de l’éducation qu’on donne aux enfants et qu’on peut pas vraiment remettre ça à quand ils seront grands. Les mauvais plis seront déjà pris!
    J’adore l’idée du 10 minutes… Sauf que multiplier par 4 c’est tout de même difficle à rentrer à travers la routine! J’essaie par contre de les regarder lorsqu’il me parle, de m’intéresser à leurs sentiments lorsqu’elles racontent leurs anecdotes et puis au moins deux câlins par jour chaque! Malgré tout, je me sens assez incompétente rapidement avec la fatigue aidant!
    Ouf!

  2. Julie-Anne

    24 octobre 2013 at 14 h 12 min

    Mon petit truc concernant le 5 minutes de cœur à cœur, c’est le matin que je le fais. Je me lève plus tôt et prépare les déjeuners pour mes 3 enfants. Ensuite, je les réveille chacun leur tour et les berce un 5 minutes (ils sont jeunes encore!) Je dois dire que c’est notre formule gagnante. Peu importe le reste de la journée, le plus important est fait!

  3. Anne

    24 novembre 2014 at 7 h 50 min

    Merci pour vos précieux conseils.

  4. Jacynthe

    15 février 2015 at 22 h 30 min

    Depuis qu’ils sont bébé, j’accorde un moment spécial à chacun de mes enfants 3 fois par semaine, un 20 minutes maximum, si je suis trop fatiguée. Mais souvent, eux aussi sont fatigués, et notre moment spécial est souvent collé devant une émission qu’on partage et qu’on commente ensemble. Aujourd’hui, j’ai deux beaux ados affectueux, qui me partagent ce qu’ils pensent.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *