ET SI LE JUGEMENT DE SOI ÉTAIT UN PIÈGE?

Par le 19 octobre 2017

Un nouveau chemin s’impose

Vous avez dit Stop, c’est assez. Vous avez dessiné une ligne dans le sable. Vous avez déclaré, à partir de ce moment précis, que vous reprenez enfin votre vie en main, et que vous êtes prêt à faire le nécessaire pour être mieux.

Vous avez compris que c’est le seul moyen pour dénouer les façons de faire et d’être qui vous font souffrir et vous empêchent d’avancer.

Vous entreprenez peut-être une démarche avec un coach, un thérapeute ou un autre type de soutien qui vous inspire.

Et vous osez vous ouvrir davantage, à vous-même et à la vie.

Vous devenez curieux par rapport à votre monde intérieur, et vous portez plus d’attention à vos comportements, votre fonctionnement interne et vos agissements mentaux.

Vous vous intériorisez de plus en plus souvent et êtes impatient de voir les changements positifs s’opérer.

 

Ouf, pas facile ce chemin!

Et là, tout d’un coup, ça va mal.

Car en vous observant avec plus d’attention, vous commencez à constater des choses nouvelles, des choses dont vous n’étiez pas conscient avant et que vous n’aimez pas. Mais du tout!

Ouf!

Il y a plein de choses qu’on peut découvrir en nous quand on prend le temps de s’y attarder et en voici quelques exemples. Vous en avez, sans doute les vôtres.

Il s’agit peut-être de:

  • Un besoin prononcé de reconnaissance de l’extérieur qui vous amène à faire des choses qui ne sont pas justes pour vous (Voir le texte La face cachée de la générosité);
  • Un comportement compulsif auquel vous n’avez pas porté attention auparavant et qui indique des émotions refoulées (Voir le texte La compassion pour nos compulsions);

 

Une pluie de jugements

Peu importe le motif, tout à coup, vous vous sentez fragilisé par ce que vous venez de découvrir, que cela ne concorde pas avec l’image que vous avez de vous-même. Non, vos observations vous renvoient un tout nouveau portrait qui est déroutant, voire bouleversant.

Vous résistez donc et cela vous amène à vous juger durement, comme vous pourriez juger un autre avec ce même comportement ou façon d’être que vous considérez comme étant inapproprié ou inacceptable.

Dans le mélange chaotique d’émotions, il y a peut-être de la honte, de la gêne, ou de la colère, et vous vous sentez tout petit et sans ressource.

Le comble, vous avez envie de débarquer du chemin parce que clairement, décidément, vous ne réussissez pas et vous auriez intérêt d’arrêter tout ça là. Vous n’êtes pas fait pour évoluer.

Mauvaise idée ;-).

 

Vous êtes sur la bonne piste!

Je m’explique…

En réalité c’est tout le contraire; le chemin de la connaissance de soi a sa propre sagesse et est parsemé de découvertes, de surprises et de prises de conscience.

C’est tout à fait normal de découvrir des choses sur soi qu’on ne connaissait pas et c’est pour cela qu’on a décidé de cheminer!

Vous allez découvrir votre richesse et vos ressources intérieures en chemin et vous allez découvrir également là où vous vous gardez petit et là où vous remettez votre pouvoir à autrui.

Bref, vous êtes en train d’apprendre à vous connaître davantage sous toutes les facettes et c’est très, très positif!

Car si vous ne savez pas ce que vous portez en nous, comment savoir où diriger vos énergies afin d’aller mieux?

Tout est OK.

 

Célébrer vos découvertes

Dans un premier temps, il est important de vous féliciter de vos découvertes, peu importe leur origine et comment votre mental décide de réagir. Oui! Prendre connaissance des lieux — votre for intérieur, en l’occurrence — est une étape essentielle sans laquelle les transformations ne peuvent se mettre en route.

Regardons les exemples évoqués plus haut:

  • Si c’est le besoin de reconnaissance qui est mise en lumière, c’est sans doute une invitation à découvrir comment vous offrir cette reconnaissance directement et avec conscience, sans le chercher de façon inconsciente à l’extérieur et de commencer à faire des choix différents dans vos rapports avec les autres;
  • Si vous vous rendez compte d’un comportement compulsif, vous pouvez commencer à vous interroger avec douceur sur ce qui se passe en vous (émotions, pensées, etc.) au moment où le désir compulsif se fait sentir et tranquillement apprivoiser, honorer et libérer les émotions sous-jacentes;
  • Si c’est les pensées compulsives qui sont trop présentes, c’est peut-être le temps d’explorer des techniques de présence à soi (méditation, respiration, etc.) afin d’apprendre à apprivoiser, maîtriser et apaiser la surcharge mentale.

Vos nouvelles découvertes, même si au premier regard vous heurtent, représentent donc le début de votre transformation. Elles montrent le chemin à emprunter pour vivre avec plus de paix et de joie.

 

Vous êtes capable!

De plus, de manière générale si nous sommes capables de prendre conscience de quelque chose en nous — un comportement, une façon d’être —, c’est que nous sommes également prêts et capables de la transformer, ou de la transcender.

Vous n’étiez pas prêt avant, alors vous ne voyiez pas cette chose. Maintenant, vous êtes prêt, donc vous la voyez, elle vous saute aux yeux.  Tout va bien, vous êtes au bon endroit et vous êtes sur le bon chemin.

Ayez confiance.

Vous voyez comment c’est encourageant, ces nouvelles découvertes? 😉

 

Les jugements sont une distraction

Ensuite, méfiez-vous des jugements et des réactions de gêne, de honte et de culpabilité que vous pouvez avoir à votre égard sur ce chemin de découverte de vous.

Pourquoi?

Ils ne sont pas nécessaires.

Ils ne sont pas utiles.

Et vous n’avez pas à les prendre trop au sérieux.

Je dirais même qu’ils sont une distraction qui dévie votre attention de la vraie affaire. Et la vraie affaire, c’est: « qu’est-ce que je vais faire maintenant de cette belle découverte afin de la transformer et de me réaliser davantage? ».

 

Misez sur votre transformation

Certes, votre vision de la meilleure version de vous-même n’inclut probablement pas ces nouvelles révélations, mais rappelez-vous que vous êtes humain. Et être humain veut dire porter l’ombre et la lumière et expérimenter toutes les nuances de l’expérience humaine pour ensuite faire des choix plus éclairés.

Accepter cette réalité avec humilité ouvre la voie pour un dénouement de votre situation et permet également d’accepter les autres avec plus de douceur.

Notez avec bienveillance donc les jugements, la gêne, la honte ou la culpabilité qui peuvent surgir, mais ne faites-en pas un plat.

Ah tiens, je me juge en ce moment. Je ressens de la culpabilité. La honte est là. Point.

Et passez à autre chose.

Embarquer dans ces émotions est énergivore, chronophage et ne vous avance pas sur votre chemin. Au contraire, vous nourrissez une énergie basse qui maintient le statu quo et cache le vrai trésor.

Investissez-vous plutôt dans un accueil bienveillant ce que vous avez découvert sur vous-même et ouvrez-vous à la prochaine étape.

Car votre être ne souhaite que vivre avec plus de paix et sans la gêne, la honte ou la culpabilité dans le chemin, vous pourrez avancer vers elle avec plus de fluidité.

Bonne route, bonnes découvertes et n’hésitez pas à nous partager les vôtres dans les commentaires!

 

Minnie Richardson,
Vecteur de conscience
Coach de vie et Praticienne en travail rituel

Fondatrice de la Conscience en soi

Découvrir son Espace de présence en direct le jeudi sur Facebook live 

Recevez une méditation guidée en vous joignant à la communauté de la Conscience en soi

D’origine britannique, Minnie a fait sa vie au Québec depuis l’an 2000 et vit actuellement l’aventure imprévue d’un séjour prolongé dans le sud de la France. Joignant le geste à la parole, elle suit consciemment son chemin afin de se réaliser de plus en plus pleinement chaque jour.

Coach de vie certifiée et Praticienne en travail rituel, elle a mis au point les « 5 clés d’une vie plus consciente », transmises par ses puissants programmes web et ses coachings intuitifs. Minnie se met au service de personnes souhaitant créer et vivre des vies remplies d’intégrité, de sens, de magie et de joie.

 

 

 

2 commentaires

  1. Karim

    19 octobre 2017 at 5 h 32 min

    Tant qu’on ne confond pas notre jugement avec la réalité ou la vérité, ça peut aller, mais dans le cas contraire c’est la spirale infernale…

    Il y a un truc qui marche assez bien pour se libérer de ses habitudes de jugements :

    –> prendre une seconde ou deux lorsque ça arrive pour inspirer un grand coup et se dire, « à tiens je me juge ?! » ou « à tiens je juge ?! ».

    Avec bienveillance et compassion afin de… ne pas se juger ;-).

    –> Puis se demander : « Qu’est-ce que ça m’apporte de bon ou d’utile ? »

    Il est possible d’aller plus loin, mais c’est déjà un premier pas pour continuer d’évoluer !

    Merci pour votre article très inspirant !

    Karim
    se-liberer-soi-meme.com

    • Minnie Richardson

      9 novembre 2017 at 8 h 30 min

      Merci Karim de ce commentaire super constructif avec une suggestion très simple que tout le monde pourra faire! 🙂

      Au plaisir de vous lire de nouveau, et mes excuses du retard de ma réponse!

      Chaleureusement,

      Minnie
      laconscienceensoi.com

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *