GUÉRIR

Par le 1 mars 2015

Après avoir beaucoup souffert, nous souhaitons tous trouver la bonne manière de guérir de nos blessures et d’amorcer au plus tôt notre processus de guérison.

Particulièrement si nous endurons la souffrance depuis longtemps, il nous semble que la guérison ne vient jamais assez vite! Nous voudrions que notre deuil soit court mais en même temps nous ne voulons pas abandonner l’objet de notre deuil. Nous voulons pardonner à celui qui nous a trahis mais nous ressassons sans cesse la trahison dans notre tête en lui juxtaposant tous les scénarios imaginables. Nous voulons cesser d’avoir mal dans notre cœur mais ce chagrin immense qui nous envahit constamment nous semble parfois mieux que de ne plus rien ressentir du tout.

La guérison est un processus par lequel ce qui a été endommagé en nous se régénère pour permettre de créer une nouvelle région plus saine.

On ne guérit jamais complètement de nos blessures, on les cicatrise.

Ceci signifie que nous ne pouvons pas changer le passé ni enlever toute trace de nos blessures : nous devons apprendre à vivre avec la cicatrice que chacune a laissé. C’est cependant chacune de ces cicatrices qui nous a rendus plus forts, plus humains, qui a fait de nous ce que nous sommes devenus aujourd’hui. Et si nous trouvons que certaines cicatrices nous ont au contraire rendus plus amers ou ont refermé notre cœur, c’est le signe qu’elles ne sont pas encore guéries. Parce que toute blessure qui cicatrise bien devrait finir par nous rendre meilleurs. Si elle nous limite dans notre humanité, alors nous devons encore en prendre soin pour que le processus de cicatrisation se complète.

On ne peut pas effacer nos blessures, mais on peut construire sur les apprentissages qu’elles nous ont laissés. C’est ainsi que nous devenons plus solides et plus compatissants.

Dès qu’on commence à avoir envie de sortir de notre souffrance, le processus de guérison, de cicatrisation s’enclenche. Donnons-nous chaque jour un peu plus de temps pour vivre en dehors de notre zone de souffrance, ne serait-ce qu’à coups de 5 minutes à la fois. Chaque fois que nous laissons la Vie prendre un peu plus de place en nous, nous permettons à notre souffrance de cicatriser davantage.

Prendre soin de soi, ce n’est pas de l’égoïsme, c’est parfois une question de survie. Et d’amour de soi.

 

Pour bénéficier de mes services
Suivez-moi sur Facebook

12 commentaires

  1. BATIONO

    1 mars 2015 at 18 h 25 min

    J’ai beaucoup apprécié et j’utilise votre flux rss sur mon blogue
    pour que vos articles soient publiés.

  2. fatma

    2 mars 2015 at 2 h 39 min

    page tres interressante !!! j aime !!! a ne pas negliger du tout !!! Merciiii !!!

  3. Maria

    2 mars 2015 at 3 h 11 min

    Je ne suis pas toute a fait d’accord avec votre propos:  » on ne guérit jamais complètement de nos blessures ». Oh! c’est dommage si vous ne pouvez pas dire que la guérison est complète quand il y a le pardon.

    • minma

      5 mars 2015 at 11 h 12 min

      Tout a fait d’accord le pardon nous guerrit completement…

  4. BATIONO

    2 mars 2015 at 5 h 05 min

    Selon moi, la guérison est intérieur. Quelle qu’en soient nos blessures, nous pouvons être guéris intérieurement.

    Je m’explique: imaginons que vous avez été offensé par votre épouse ou époux d’où ce dernier (è) vous a pris en flagrant délit d’adultère, déjà vous comprendrez que vous avez réellement fauté.

    En vous s’excusant auprès de lui, nous devrons nous mettre à sa place pour constater l’impact.
    On ne transforme pas les autres en blessant leur amour propre et rien ne tue d’avantage l’ambition d’une personne que les critiques.

    Confucius disait:  » Ne te plaint pas de la neige qui se trouve sur le toit du voisin quand ton seuil est mal-propre.

    Ne critiquez pas, ne condamnez pas, ne vous plaignez pas.
    DALE CARNEGIE

  5. marianna

    2 mars 2015 at 5 h 47 min

    Tout à fait d’accord avec votre lecture, j’ai souffert j’ai compris et j’ai pardonné. La meilleur réalisation de soi même c’est d’être une très bonne infirmière pour soi et non pour les autres. Moi d’abord et je transmets aux autres, tout commence par nous même et çà, je l’ai compris. Mes cicatrices sont toujours là, mais elles sont belles,visible aussi pour me rappeler combien j’ai été forte et je m’en suis bien sorti. Sa vaut le coup d’apprendre sur nous même, encore merci j’aime toujours lire votre blog.

  6. BATIONO

    2 mars 2015 at 8 h 47 min

    Sachez que 90% de nos échec et maladies sont souvent dû au stress face à des situations fâcheuses.
    Nous devrons apprendre à gérer ce stress en bannissant loin de nous les pensées négatives.

    Certaines couleurs peuvent nous aider à nous détendre si nous sommes face à des difficultés et Accompagner d’autosuggestion.

    Par exemple la couleur bleu nuageux nous permet d’être en paix avec les autres.
    Visualisez une image de cette couleur ou mentalement et accompagner d’une auto-suggestion:  » je suis en paix avec moi-même et avec ceux qui m’entourent avec la couleur bleu nuageuse.

    La couleur blanc-brillant, qui permet de se purifier, éloigne les pensées négatives.

  7. Gilles

    2 mars 2015 at 15 h 51 min

    Les blessures……….. C’est la vie, qu’on le veuille ou pas. Le tôt est : voulons nous guérir ? Au début, non, certainement pas mais nous avons peur que la guérison n’engendre l’oublie. Pourtant le remède est la, il est en nous. Et puis un beau jour nous décidons de guérir. Surprise, nous n’avons rien oublié mais nous ne soufrons plus. Très étrange comme sensation, si agréable que nous en culpabilisons presque. Et si c’était une forme de bonheur ? Oui c’est cela, il faut absolument que je le partage. Mais si je souffre à nouveau ? Ne suis pas plus fort ? Alors j’en serai encore plus fort. C’est ça la vie ? Non, un jour on apprends à éviter les balles perdues et on vit en paix

    • Milou

      2 mars 2015 at 19 h 29 min

      J’aime vraiment votre commentaire!

  8. Gaby

    3 mars 2015 at 18 h 55 min

    Jésus nous interpelle nous rappelant《AIMES TON PROCHAIN COMME TOI MÊME》Ceci nous ramène au PARDON car sans lui aucune blessure ne peut cicatriser donc guerir.Apprenons à pardonner afin d’oublier et toutes nos oeuvres pourront prospérer:Guérison absolue.

  9. henryon

    14 mars 2015 at 4 h 10 min

    Vos textes sont très beaux et très représentatif.

  10. kiri sourire

    26 mars 2015 at 17 h 19 min

    Pas facile d oublier certaines souffrances , des blessures qu elles soient physiques ou morales on croit pouvoir les oublier mais en fait elles ne sont que rangées dans notre disque que dur et seul nous pouvons faire en sortes qu’elles guérissent du moins certaines a nous d’y croire
    pour se sentir libérer afin d’avancer….mais pas facile de le faire seul nous pouvons y arriver personne peut le faire a notre place la solution est en nous seulement!!!!merci pour votre blog que j’adore a bientot

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *