ET SI VOS ENFANTS MANGEAIENT DE TOUT, ET AVEC PLAISIR ?

Par le 11 janvier 2016

Livio, mon fils de bientôt 5 ans, n’a pas toujours aimé la salade. Pendant plusieurs années même, il la détestait. Il nous regardait, interloqué, manger cette chose verte avec « une sauce qui pique ». Il avait déjà trempé ses lèvres dans une sauce vinaigrette, et il trouvait ça trop fort. Puis, un jour, il m’a demandé à nouveau de goûter. Je lui sers alors une feuille de salade dans son assiette, et là, il goûte, il la mange, et me dit « Maman, c’est bon ! Maintenant j’aime la salade ! »

Je suis coach en nutrition depuis 7 ans, et j’ai accompagné des centaines de personnes en France et ailleurs à retrouver minceur, vitalité et plaisir de manger sainement.

J’ai la joie d’être maman de deux enfants, et je connais les défis que représente l’éducation à l’alimentation au quotidien : comment leur faire manger des légumes, comment limiter le sucre, quel équilibre alimentaire leur proposer, comment savoir s’ils mangent assez/trop peu, comment les aider à être en bonne santé avec leur assiette…

Les questions des parents sont nombreuses et souvent complexes, et pourtant les choses sont souvent beaucoup plus simples pour un enfant.

Comment donc aider nos enfants à manger sainement ? Voici 3 clés fondamentales qui vont vous aider dans ce chemin :

  • Intéressez-vous à VOTRE façon de manger d’abord

Les enfants sont le miroir des comportements de leur parent. C’est ainsi que j’ai découvert en coaching une loi fondamentale de la vie : tu ne peux pas apprendre à quelqu’un à manger sainement si tu ne manges pas sainement toi-même. Voilà pourquoi mes accompagnements commencent toujours par les parents et leur changement d’habitude. Je me rappelle d’une maman en surpoids qui adorait manger des sucreries devant la télévision. Son fils la voyait faire. Il avait envie lui aussi de manger des sucreries pour « se faire du bien » comme disait sa mère. Aujourd’hui son fils est en surpoids. Et elle souhaitait changer son fils. Elle me disait au départ : « Elodie, moi je ne veux pas changer, mais je veux que tu accompagnes mon fils. »

Je l’ai invitée à voir que rien ne pourrait changer avec son attitude, car je sais que c’est impossible de changer les habitudes alimentaires sur le long terme chez un enfant, si les parents ne sont pas prêts à changer eux aussi. Alors elle a accepté de changer ses habitudes. Elle a minci, et maintenant son fils, inspiré par le changement de sa maman, commence à mincir aussi.

Si vous développez le plaisir de manger sainement au quotidien, cela va transformer votre façon de vous alimenter, et donc par conséquence l’alimentation de vos enfants.

  • Eviter de « congeler » votre enfant

Votre enfant a le droit de ne pas aimer quelque chose. Ca arrive à tous les enfants, même ceux qui disent tout aimer. Le fait de ne pas aimer un aliment, c’est une façon pour l’enfant de s’affirmer, de dire qui il est et ce qu’il veut. Ce qui change tout, c’est votre attitude. Prenons l’exemple de Rémy, un petit garçon qui comme disait sa mère « n’aimait pas les légumes ». Dans les faits, Rémy avait rarement mangé des légumes à la maison, mais il en mangeait à la cantine de temps en temps, et chez les grand-parents. Et plus le temps passait, plus il refusait catégoriquement les légumes à la maison. Que se passe-t-il dans la tête d’un enfant quand sa mère dit devant lui : « mon fils n’aime pas les légumes » ? Et bien, il la croit ! Et du coup il fait une conclusion sur lui-même, il se juge comme étant incapable d’aimer cette catégorie d’aliments. Ce jugement a de lourdes conséquences, il « congèle » l’enfant dans un comportement alimentaire, et freine tout le développement de son potentiel. Un enfant qui est « congelé » dans un comportement ne pourra pas envisager qu’il puisse changer, il ne goûte même plus les aliments qu’il n’a pas aimé jusque-là, car il est persuadé que, de toute façon, il n’aimera pas cela. L’attitude positive des parents face à un enfant qui refuse un aliment est essentielle ; il s’agit d’à la fois lâcher prise (il n’y pas de drame si votre enfant ne le mange pas) et de positiver avec cette phrase clé : « pour l’instant, tu n’aimes pas, mais peut-être que tu aimeras plus tard ». Voilà comment on transforme une façon de percevoir son assiette. En effet, il y a mille manières de manger un haricot vert par exemple : à la vapeur, en purée, avec de la crème, avec du curry, mélangé à d’autres légumes, etc…et puis il y a les haricots blancs, les haricots plats, etc…Donc beaucoup d’occasions dans la vie de goûter à nouveau et d’aimer !

  • Goûter 3 fois – une règle d’or à chaque repas

Un enfant a le droit de ne pas aimer. Par contre, un enfant qui ne goûte même pas le plat et décide d’office de ne pas aimer, là, ça pose un problème. Ce n’est parce qu’il n’a pas aimé jusque-là qu’il n’aimera pas aujourd’hui ou demain.

Une règle à instaurer au moment du repas peut répondre à ce problème : goûter 3 fois. C’est simple, et ça évite que votre enfant vous dise « mais si, j’ai goûté ! » alors qu’il n’aura mis dans sa bouche qu’un demi petit pois. Goûter 3 fois implique d’avoir au moins une vraie bouchée dans la bouche. Après avoir réellement goûté, il peut dire s’il aime ou non. Simplifiez les choses au maximum et retrouvez le bonheur d’un repas convivial, sain, et vite prêt. Vous méritez d’être bien dans votre assiette, et vos enfants aussi !

Vous avez envie d’aller plus loin et de changer l’alimentation de vos enfants et la vôtre ? Cliquez sur ce lien

Elodie Beaucent – coach en nutrition
Food’Joie

À propos de Elodie Beaucent

2 commentaires

  1. Florence

    11 janvier 2016 at 6 h 21 min

    Il y a un autre facteur qui aide les enfants à manger de tout : l’allaitement. Pourquoi? Parce que dans le lait maternel, le goût des aliments que consomment la mère passe dans le lait. Ainsi il forme et prépare le palais à une alimentation plus diversifiée. Les enfants nourrit au sein sont moins difficiles dans leur choix alimentaire et plus enclin à faire l’expérience de nouveaux aliments ou nouveaux plats. D’ailleurs, mon fils de 14 ans en est un bon exemple : il préfère les haricots verts aux frites ! et adore les concombres ! J’ai 4 enfants, tous allaités, et je peux vous garantir que pour eux, découvrir un nouveau plat ou un nouvel aliment est toujours un moment de plaisir 🙂

  2. Laure Zanella

    11 janvier 2016 at 6 h 59 min

    Merci beaucoup pour votre article Elodie ! Il est vrai que l’éducation d’un enfant c’est toute une aventure, y compris par rapport au contenu de son assiette.

    Gandhi nous invitait à être le changement que nous voulons voir dans le monde, et bien, ça s’applique aussi aux changements que nous désirons voir dans le comportement alimentaire de nos enfants 🙂 Merci de nous le rappeler ici et de partager avec nous vos clés pour aider nos petits à adopter une alimentation équilibrée.

    En vous souhaitant une jolie journée !
    Laure

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *