COMBIEN ÊTES-VOUS DANS VOTRE COUPLE?

Par le 29 mai 2017
Oziel Gómez

Je sais, c’est une drôle de question! Et je ne parle pas ici des amants/maitresses que certains couples ont et qui ajoutent au défi!

Lorsque deux personnes forment un couple, ils ne sont jamais que « deux ». Chacun d’entre eux a son histoire, ses blessures, ses résistances, ses peurs, ses attentes, ses déceptions passées, ses trahisons même. Chacun porte en lui le souvenir du couple formé par ses parents et qui a été sa première image de couple.

Chacun porte aussi le souvenir de ce que sa mère pensait de son mari et des hommes en général et de ce que son père pensait de son épouse et des femmes en général. Nous gardons tous le souvenir de ce que nous voyions, entendions et sentions du climat conjugal lorsque nous étions petits.

Dans un couple, chacun arrive aussi avec un sac rempli de la somme de toutes ses expériences amoureuses passées, les bonnes, les moins bonnes et les catastrophiques! Parfois aussi avec les souvenirs d’une merveilleuse relation amoureuse passée, qui pose la barre encore plus haut pour la nouvelle relation en naissance.

Et puis, il y a notre caractère aussi qui intervient, nos défauts, nos qualités, nos habitudes… Notre trop grande souplesse ou notre trop grande rigidité. Notre immense besoin d’attention ou notre immense peur de l’attachement.

Parfois aussi, les parents de chacun sont encore trop présents dans la vie du couple : qu’ils soient vivants ou décédés, bien des personnes fonctionnement à partir des attentes de leurs parents qu’elles ont intégrées ou qu’elles se font rappeler constamment. Des parents qui portent un jugement sur le nouveau conjoint s’insère dans une dynamique qui ne leur appartient pas et qui rendra plus difficile la fluidité de la relation dans le couple. Des parents interventionnistes compliqueront davantage la nature même du couple qui cherche à se bâtir ou à se rebâtir.

Alors il est facile de comprendre qu’un couple qui se forme n’est jamais seulement la somme des deux personnes qui le composent : c’est la somme de leur histoire et de celles des générations familiales qui l’ont précédée aussi.

Dans cette optique, il est facile de comprendre que nous ne sommes pas toujours seuls dans notre couple! Mais la bonne nouvelle, c’est qu’en prenant conscience de tout ce qui compose notre histoire, nous pouvons faire le tri de ce que nous voulons conserver de notre histoire et de ce dont nous ne voulons plus parce que nous avons évolué, parce que cela ne nous appartient pas, parce nous sommes ailleurs ou que nous avons soigné nos blessures, nous avons guéri nos traits de personnalité restrictifs ou surtout, parce que nous savons maintenant ce que nous voulons et ce que nous ne voulons plus.

Pour mettre de son côté les meilleurs possibilités pour que notre couple fonctionne, il faut d’abord faire le ménage de nos croyances et faire un travail sur soi avec Amour. Bien sûr il faut d’abord s’aimer soi-même mais il faut aussi voyager plus léger, en se délestant de ce qui nous nuit, afin de ne pas traîner de bagages inutiles et encombrants dans cette merveilleuse aventure de cœur qu’est le couple amoureux.

Libérons nos bagages respectifs pour avoir plus de plaisir à voyager ensemble!

Diane Gagnon

Conférencière, auteure, coach et animatrice

www.dianegagnon.com

Inscrivez-vous à la 1ère édition des Journées Porteurs d’espoir le 3 juin prochain :  http://www.dianegagnon.net/evenements-formations

Conférencière et coach depuis 30 ans, je peux vous aider à faire les premiers pas si vous êtes prêt à améliorer votre vie! Contactez-moi à [email protected] . Abonnez-vous à ma page Facebook pour recevoir chaque jour un texte inédit: www.facebook.com/DianeGagnon.Auteur.Coach

Un seul commentaire

  1. Ogier DOLLÉ - Responsable Affaires

    30 mai 2017 at 1 h 04 min

    S’aimer soi-même est le premier pas vers l’épanouissement 🙂

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *