LA CODEPENDANCE AFFECTIVE VOUS AFFECTE-T-ELLE ?

Par le 7 février 2017

Contrairement à la dépendance affective qui fait en sorte que l’individu a besoin de l‘autre pour son bonheur, le rendant responsable, le codépendant a besoin que l’autre ait besoin de lui et en devient responsable.

La codépendance amène la personne à subir les conséquences découlant de la dépendance d’une autre et à y rester associée par besoin de la sauver. Elle tentera de l’aider même malgré elle. Le type de dépendance peut autant être le jeu, l’alcool, les médicaments, internet, le travail excessif, la drogue, un caractère difficile pour ne citer que ces exemples. La personne tente d’en diminuer l’impact chez l’autre ou de résoudre les problèmes de celui-ci. Il y a une différence entre le soutien apporté par les organismes communautaires et le fait de briser sa propre qualité de vie ou de vider son énergie à ramer à contre-courant pour aider une personne qui n’est pas prête à s’aider elle-même.

La personne codépendante est en perpétuelle adaptation face à cette situation difficile. Elle sera portée à orchestrer sa vie en fonction des besoins de l’autre au détriment de son propre épanouissement. C’est souvent inconscient comme comportement, ce qui le fait perdurer encore plus. Elle sera du genre à prendre un maximum de responsabilités, pourra même se sentir coupable si elle ne le fait pas ou ne soutient pas l’autre qui se laisse tout de même aller. L’inquiétude pour la santé, l’emploi, les réactions de l’autre et les conséquences de ses excès s’ajouteront à ses inconforts.

Elle renoncera souvent à voir ses amis et à faire des projets qui la rendrait heureuse. Elle fera des sacrifices et se sentira victime. Aurait-elle autant de difficulté à se prendre en main elle aussi sur le plan de son autonomie affective ? En s’occupant de la vie des autres, cette personne ne fait pas assez le ménage dans la sienne, et ce peut-être par peur de faire contact avec de vieilles souffrances. Aucune culpabilité ! Tout ça est tellement partie intégrante de la nature humaine.

Ça demandera de bonnes détermination et motivation pour sortir de ces schémas défaitistes. Il faut vouloir arrêter de souffrir. Vivre à la place de l’autre, c’est comme être sa bonbonne d’oxygène et dans ce temps-là c’est vous qui étouffez.

C’est perpétuer le désir d’aider l’autre à guérir de son problème sans avoir son soutien, ce qui fait que trop souvent rien ne change et c’est vous qui commencez à aller de plus en plus mal. Heureusement, il y en a qui s’en sortent avec de l’aide spécialisée, des prises de conscience, l’ajout de nouvelles ressources et je les en félicite. Ne vaudrait-il pas mieux de commencer à s’aimer assez soi-même pour se faire du bien à soi d’abord ?

Selon moi, la meilleure façon d’être utile à l’autre est de prendre soin de soi, lui donnant ainsi l’exemple. Le laisser se débrouiller seul pour qu’il touche le fond s’il le faut et qu’il puisse remonter sereinement une fois pour toutes.

Autres caractéristiques de la personne codépendante affective :

  • Elle se sent responsable de tous mais a de la difficulté à assumer la bonne fonctionnalité de sa propre existence.
  • Elle éprouve des difficultés à dire non et à mettre ses limites.
  • Elle peut vivre des peurs face à l’autorité ou avoir les larmes aux yeux aux moindres critiques.
  • Elle donne abondamment mais reçoit difficilement.
  • Elle s’excuse pour des riens.
  • Il lui est difficile de passer à l’action pour elle-même.
  • Elle a fort probablement été revalorisée lorsqu’elle jouait le rôle de l’adulte étant enfant, que ce soit pour ses habilités de prises en charge, de bonne oreille pour accueillir des confidences ou pour sa maturité précoce… en apparence.
  • Elle peut avoir besoin de prouver qui elle est par différents agissements contrôlant.
  • La personne rêve que tout va s’arranger mais demeure souvent en manque de moyens pour s’en sortir.
  • Elle peut se sentir rejetée facilement.
  • Elle ne se permet pas assez de s’amuser.
  • Elle attire des personnes à problèmes ou des gens dépendants affectifs tant sur le plan personnel que professionnel.
  • Elle se laisse affecter, perturber par l’attitude d’une autre personne mais aime contrôler le comportement de cette personne. Elle veut la sauver. Il peut s’agir d’un enfant, d’un ami, d’un alcoolique, d’un individu qui se drogue ou d’une personne malade entre autres. Je ne dis aucunement qu’on ne doit plus aider les gens dans le besoin. Sauf que le faire consciemment par choix et compassion est bien différent que de le faire par automatisme à cause de programmations faussées qui rendent malheureux avec, en sous-entendu, un besoin de reconnaissance absolu pour combler un vide intérieur.

Ces quelques réflexions ne sont que des pistes sommaires pour vous aider à maximiser votre bonheur au fil des jours. Pour en savoir plus, je vous suggère mon livre Se libérer de la dépendance affective » disponible sur www.linebolduc.com/boutique/zone-livres. Profitez-en aussi pour vous inscrire à mon infolettre et recevoir l’e-book gratuit « Êtes-vous une personne qui aime trop ? »

Pour plus de ressources au jour le jour, je vous invite à me rejoindre sur ma page Facebook professionnelle sur ce lien https://www.facebook.com/conferencierelinebolduc/

Merci de me lire de semaines en semaines.

Cordialement,

Line Bolduc

Depuis 21 ans accomplis, Line est formatrice, auteure et conférencière en santé et mieux-être à travers le monde.  Elle a pu de ce fait, discuter avec des milliers de personnes et enrichir ainsi sa propre expérience, des connaissances de la nature humaine. Le nombre de lecteurs qui suivent assidument ses écrits est une référence.

 

 

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *