ILS M’ÉNERVENT! (OU COMMENT LES AUTRES NOUS FONT ÉVOLUER)

Par le 10 mars 2016

Il y a certains moments qui restent gravés dans ma mémoire et la marche avec mon oncle, il y a au moins 10 ans de cela dans un parc à Montréal, en est un. Ce qui est resté gravé est cette phrase étrange que mon oncle m’avait sortie : « Pense à 10 personnes qui t’énervent beaucoup, et tu découvriras les aspects de toi-même que tu ne veux pas voir ».

Je ne le comprenais pas vraiment, je l’avoue, et surtout je résistais au fait que je pourrais porter en moi ces choses qui m’énervaient tant chez les autres (c’est pas moi le problème, c’est lui!). Mais, mon oncle étant d’une grande source d’inspiration et de sagesse pour moi, je n’ai pas été capable de rejeter entièrement ce qu’il m’avait dit. Son commentaire, comme une semence en moi, a sommeillé un certain temps avant de tranquillement prendre racine et éclore des années plus tard.

Dans ses mots, mon oncle nommait cette grande vérité que ceux qui nous entourent nous renvoient un reflet de ce que nous portons à l’intérieur. Je ne suis pas forcement exactement comme cette personne qui m’énerve (ou me confronte ou me fait réagir), mais ma réaction face à elle, me donne de l’information sur une ou des parties de moi-même que je n’ai pas encore vues, reconnues ni vécues pleinement.

Vous avez peut-être remarqué le même phénomène avec votre conjoint(e). C’est le cas pour moi avec Marc, mon mari. Sa même présence dans ma vie agit comme un accélérateur de croissance intérieure qui est bénéfique mais pas toujours confortable ou facile à vivre.

Je ne suis pas en train de vous parler en mal de mon conjoint ni de dire que notre relation ne va pas bien. Au contraire. Marc et moi avons une histoire d’amour particulière – que je raconterai peut-être une autre fois – il est un être exceptionnel et je sais que nos âmes ont choisi de marcher un bon bout de chemin de vie ensemble.

Mais il a le mérite d’être la personne que je côtoie le plus souvent dans ma vie. Et parfois, face à certains comportements ou attitudes chez lui, je peux me mettre dans tous mes états, tellement cela déclenche des réactions en moi. C’est comme un mini tsunami intérieur qui peut me submerger !

Avec le temps, j’ai fini par comprendre que ma première responsabilité quand je suis en réaction démesurée face à Marc est de m’interroger honnêtement par rapport à ce que cela éveille en moi car cela a très souvent un rapport avec des blessures de mon passé que je n’ai pas encore accueillies pleinement.

Et ce passé a très peu à voir avec ce qui est en train de se vivre ici et maintenant. Ce que cela éveille en moi n’appartient donc pas à Marc, cela m’appartient et ceci, même si c’est Marc qui en a été l’élément déclencheur. (Mon ego résiste souvent à ce fait, mais la sagesse finit habituellement par prévaloir.)

Et en fait, tant et aussi longtemps que je n’ai pas clarifié l’aspect ou les émotions jusque là niées en moi, je vais en vouloir à Marc et nos discussions seront empreintes d’une intensité d’émotivité qui n’est pas appropriée ni aidante.

Quand j’aurai pris la responsabilité de mes émotions, je serai en mesure de discuter de l’enjeu en question plus calmement et avec plus de justesse. J’aurai enlevé du chemin ce qui m’empêche de voir la situation comme elle est, de voir Marc comme il est, et de me voir comme je suis. Les choses vont forcément évoluer d’une autre façon et j’aurai en plus défait un autre petit morceau du nœud intérieur de mon passé.

Je décris ici sommairement un processus qui s’est étalé sur plusieurs années déjà et qui est, bien franchement, toujours en cours. Marc continue de me refléter ce que je n’accueille pas encore pleinement en moi et j’ai régulièrement la chance de pratiquer mes apprentissages et de me libérer de mon passé.

Cela apprend de l’humilité, de la persévérance et une bonne dose de compassion pour soi-même mais c’est possible. Et quand on arrive à le faire, on participe activement à un beau et grand nettoyage intérieur. Cela nous libère, nous allège et nous remet dans notre pouvoir.

Plus la victime des commentaires, attitudes ou comportements des autres (ou plutôt de ce que ces choses éveillent en nous), ces mêmes personnes deviennent les vecteurs de notre évolution. Tout un changement de perspective, qui ouvre même à la gratitude envers ceux qui nous « énervent » car grâce à eux, on peut se découvrir plus profondément et se libérer plus rapidement.

Minnie Richardson
Coach de vie et Praticienne en travail rituel
Cofondatrice de la Conscience en soi

Pour connaître la Conscience en soi
Pour me suivre sur Facebook

 

Depuis près de 10 ans maintenant, Minnie accompagne les gens à créer et à vivre des vies remplies de présence, de sens et de joie. Tout simplement, elle les aide à éveiller la Conscience en soi qui est innée en chacun d’entre nous. Son accompagnement est profond et puissant, et vous propulse vers une meilleure compréhension de votre fonctionnement interne, une expression plus fidèle de votre essence et une grande liberté intérieure.

16 commentaires

  1. Florence

    10 mars 2016 at 4 h 22 min

    Bonjour Minnie,
    C’est tellement vrai ! Prendre conscience de ce qui nous énerve chez l’autre comme étant le reflet de ce que nous n’acceptons pas chez nous, c’est permettre d’activer la dynamique d’évolution au sein du couple. De prendre conscience de où, quand et comment nous nous projetons sur l’autre. D’aller vers l’amour de soi et de l’autre, car si nous sommes conscients que c’est notre manque d’amour envers nous-même, et non la responsabilité de l’autre, nous ne pouvons plus lui en vouloir ou être en colère après lui ou elle. Mais au contraire, devenir reconnaissant de nous offrir l’opportunité de nous révéler à nous même et de nous améliorer renforce l’amour dans la relation 🙂

    • Minnie Richardson

      13 mars 2016 at 9 h 23 min

      Bonjour Florence,

      Je vois bien par votre message éloquent que vous saisissez très bien ce dont je parle! 😉 Merci de ce reflet tout en profondeur de ce sujet qui tellement à nous apprendre!

      Je vous invite à faire partie de la communauté de la Conscience en soi en me suivant sur Facebook et en vous inscrivant aux nouvelles sur mon site.

      Bon dimanche à vous et au plaisir,

      Minnie

      Minnie Richardson
      Coach de vie et Praticienne en travail rituel
      http://www.laconscienceensoi.com

  2. Laure Zanella

    10 mars 2016 at 4 h 22 min

    Merci beaucoup pour cet article Minnie. Je m’y retrouve bien, y compris à travers le conjoint qui vient appuyer sur les bons boutons pour me permettre d’apprendre et de comprendre tant de choses sur moi-même 🙂 Quand l’affectif est fortement impliqué, il est vrai que l’inconfort est parfois très grand et les réactions vives, mais comme vous le dites si bien, une fois qu’on a pu prendre un peu de recul et observer, comprendre que ce qui se passe braque le projecteur sur ce que nous avons encore à guérir du passé, là c’est une jolie piste qui s’ouvre vers qui nous sommes vraiment et vers bien plus de joie pour la suite de notre parcours. Merci encore pour vos mots, et une jolie journée à vous et à tous qui passez par là.

    Laure

    • Minnie Richardson

      13 mars 2016 at 9 h 29 min

      Bonjour Laure,

      Très heureuse de vous lire de nouveau 🙂 et merci pour votre message. Oui, effectivement « une jolie piste qui s’ouvre vers qui nous sommes vraiment et vers bien plus de joie pour la suite de notre parcours » – bien dit! En même temps, cela prend une certain force intérieure pour le faire, car les réactions peuvent être très intenses et la tentation est tellement forte de projeter sur l’autre. Alors je félicite chaudement tout et chacun qui ose ce chemin vers plus de paix intérieur :).

      Un bon dimanche à vous, et à la prochaine!

      Minnie

      PS Je vous invite, si ce n’est pas déjà fait, à faire partie de la communauté de la Conscience en soi en me suivant sur Facebook et en vous inscrivant aux nouvelles sur mon site.

      Minnie Richardson
      Coach de vie et Praticienne en travail rituel
      http://www.laconscienceensoi.com

  3. Claire

    10 mars 2016 at 4 h 51 min

    Bonjour,

    Est-il possible d’avoir un exemple concret?
    Effectivement il y a des personnes dans mon entourage qui m’énervent mais je n’arrive pas à voir quel aspect de ma personne cela reflète. Par exemple j’ai un collègue de travail qui fait de l’excès de zèle auprès des chefs (excès, le mot est faible!) et ça m’énerve!!! mais je ne vois pas ce que cela met en évidence chez moi.
    Merci de votre aide.
    Bien cordialement.

    Claire

  4. Annie

    10 mars 2016 at 5 h 38 min

    J’adore!!

    Il faut toutefois avoir un conjoint compréhensif… J’avais beau expliquer à mon ancien conjoint que mes réactions n’avaient rien à voir avec lui, mais plutôt avec mes émotions et ce que la situation déclenchait chez moi, et que c’est la raison pour laquelle je ne restait pas amère ou rancunière de nos accrochages, il n’arrivait pas à démordre de sa culpabilité. Pour lui, le fait que je ne lui en veule pas de nos différends et que j’attribue mes réactions à la situation était incompréhensible et voulait dire que je ne tenais pas assez à lui, à notre relation.

    C’était ma tranche de vie! 😉

    • Minnie Richardson

      14 mars 2016 at 10 h 16 min

      Bonjour Annie et merci infiniment pour cette tranche de vie! C’est certain que nous n’avons pas de contrôle sur comment les autres vivent nos réactions. Malgré l’incompréhension et la culpabilité de votre ancien conjoint, votre façon de vivre vos différends devait être franchement libérateur pour vous! 🙂

      Bonne continuation sur ce beau chemin de conscience dans vos relations et à la prochaine!

      Minnie

      PS Il me ferait plaisir de vous compter parmi la communauté de la Conscience en soi. Je vous invite, si ce n’est pas déjà fait, à me suivre sur Facebook et à vous inscrire aux nouvelles sur mon site.

      Minnie Richardson
      Coach de vie et Praticienne en travail rituel
      http://www.laconscienceensoi.com

  5. sylvie morin

    10 mars 2016 at 11 h 01 min

    super de beau texte et quelle vérité merci de tout coeur!

    • Minnie Richardson

      14 mars 2016 at 10 h 17 min

      Cela me fait grand plaisir, Sylvie! 🙂

      Minnie

      PS Il me ferait plaisir de vous compter parmi la communauté de la Conscience en soi. Je vous invite, si ce n’est pas déjà fait, à me suivre sur Facebook et à vous inscrire aux nouvelles sur mon site.

      Minnie Richardson
      Coach de vie et Praticienne en travail rituel
      http://www.laconscienceensoi.com

  6. Amandine

    10 mars 2016 at 16 h 33 min

    Merci Minnie pour ce bel article. C’est vrai quand on commence à prendre la plein responsabilité de nos émotions, notre partenaire dans un couple nous fait évoluer. Ce n’est pas toujours facile, mais comme tu dis, il faut prendre le temps d’accueillir toutes ces choses à changer en nous.

    Je me permets de partager mon article écrit récemment sur le même sujet (vive la synchronicité 🙂 ) : http://la-vie-de-mes-reves.com/que-faire-quand-les-autres-menervent

    • Minnie Richardson

      14 mars 2016 at 10 h 32 min

      Bonjour Amandine!

      J’adore la synchronicité et je trouve ton article très complémentaire au mien – merci pour le partage! 🙂 C’est un sujet important, qui mérite d’être abordé souvent et de plein d’angles différents!

      Bonne continuation,

      Minnie

      PS Il me ferait plaisir de vous compter parmi la communauté de la Conscience en soi. Je vous invite, si ce n’est pas déjà fait, à me suivre sur Facebook et à vous inscrire aux nouvelles sur mon site.

      Minnie Richardson
      Coach de vie et Praticienne en travail rituel
      http://www.laconscienceensoi.com

  7. Turenne

    11 mars 2016 at 14 h 04 min

    Le bon côté de prendre conscience de ce que les gens qui nous énervent éveillent en nous, c’est que cela nous évite de nous laisser consumer par les émotions fortes qui accompagnent souvent cet état d’énervement.

    En étant plus à l’écoute qu’en réaction, on peut mieux canaliser nos émotions et recentrer notre énergie. N’est-ce pas Minnie ?

    • Minnie Richardson

      14 mars 2016 at 10 h 34 min

      Bonjour Turenne,

      Absolument, c’est libérateur de prendre la responsabilité de nos réactions et de nos émotions, et on ne gaspille pas de l’énergie inutilement à en vouloir à l’autre. À la place, oui, on peut la canaliser pour se recentrer et libérer ce qui a été réveillé en nous.

      Merci pour votre commentaire et au plaisir,

      Minnie

      PS Il me ferait plaisir de vous compter parmi la communauté de la Conscience en soi. Je vous invite, si ce n’est pas déjà fait, à me suivre sur Facebook et à vous inscrire aux nouvelles sur mon site.

      Minnie Richardson
      Coach de vie et Praticienne en travail rituel
      http://www.laconscienceensoi.com

  8. Sandie

    11 mars 2016 at 17 h 29 min

    Personnellement lorsque quelqu’un m’énerve, je sais tout simplement d’où vient cet énervement ou agacement. Cela ne vient pas de cette personne qui semble m’agacer, puisque personne ne peut réellement me faire ressentir quoi que ce soit (même si ça semble venir de la personne !). Je sais que je ressens uniquement mes pensées sur le moment. Et c’est franchement libérateur. Ça a complètement changé ma vie (et mes relations !) lorsque je l’ai découvert.

    • Minnie Richardson

      14 mars 2016 at 10 h 37 min

      Salut Sandie,

      Très heureuse de te lire de nouveau, et de savoir que tu saisis tout à fait ce dont je parle! 🙂 Que cette sagesse se répand le plus largement possible pour nous libérer tous intérieurement et dans nos relations.

      Au plaisir,

      Minnie

      PS Il me ferait plaisir de vous compter parmi la communauté de la Conscience en soi. Je vous invite, si ce n’est pas déjà fait, à me suivre sur Facebook et à vous inscrire aux nouvelles sur mon site.

      Minnie Richardson
      Coach de vie et Praticienne en travail rituel
      http://www.laconscienceensoi.com

  9. Mimi

    25 juin 2017 at 14 h 11 min

    Bonjour, mon nom est Michèle pour ma part je trouve ça pas mal ordinaire de se rendre responsable de se qui nous énerve chez les autres, car par exemple un conjoint qui ne s’implique pas assez dans le couple ou la famille cela amène une grande frustration et des réactions vivent tout a fait normales, la même chose avec un collègue qui fait du zèle pour se montrer plus fin que les autres, et aussi une voisines qui dit laisser son travail pour faire prendre soin des enfants a la demande du mari tout ça m’énerve c’est juste ma façon de voir les choses rien a voir avec de vieilles blessures.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *